Portrait

par père Jean Marc

Arts et Patrimoine
Rencontre avec le sculpteur M.P.C.E.M. au Trévoux:
« Mon art est fait de suggestions d’idées et de mystère ».

 

c‘est dans une ferme du Trévoux à Langor, entre Quimperlé et Pont-Aven que M.P.C.E.M. a choisi de travailler. L’artiste qui, comme vous et moi a un prénom et un nom, a choisi ces 5 lettres pour signer ses oeuvres. 5 lettres qui signifient Mouvement Pour Corps Et Métal, qui sont à elles seules un programme et expriment une pensée, éprise de cohérence.

autant dire que la pratique de l’art est ici appréhendée à distance de sa dimension agréable ou décorative pour bien souligner l’engagement total qu’il requiert de la part de l’artiste. Un engagement vivant et joyeux.
Le peintre jean Bazaine a écrit que » la peinture a besoin d’ « hommes qui se noient », c’est à dire qui se donnent totalement à leur art. Sculpteur sur métal, . M.P.C.E.M. est de ces hommes. Entier, sans demi-mesure. L’art est pour lui une incarnation, sa raison d’être et de vivre. Loin des modes, des mondanités et des coteries.
Ses outils ne sont pas des brosses ou des pinceaux inoffensifs, mais des pinces, des tenailles, des marteaux, des ciseaux. Et les bruits qui s’enfuient de l’atelier dans le jardin silencieux sont ceux des meules, des scies, et des chalumeaux.

Une lutte passionnée

pour lui, l’art n’est pas de l’ordre de la déconstruction sans issue, du mol abandon à l’inspiration, ou du modelage narcissique, mais d’une lutte avec la matière, aussi rude et passionnée que le combat biblique de Jacob contre l’ange, dont se reconnaissent tant d’artistes.
« L’acte de création, dit M.P.C.E.M. répond à la fois à une nécessité intérieure, une urgence à créer, un besoin vital. Dans son corps à corps avec la matière, l’artiste extériorise des sensations et des idées ou des interrogations que les mots ne suffisent toujours pas à exprimer mais auxquelles il désire donner une matérialité, tout en préservant une certaine spontanéité. »
On ne peut mieux exprimer la dimension spirituelle de toute expérience artistique. Une oeuvre d’art est avant tout une oeuvre de l’esprit. L’artiste qui peint, écrit, sculpte, ou joue de la musique, ne fait pas que livrer sa technique, son savoir-faire, son habileté, avec la matière, les mots, et les notes, mais donne chair au sensible qu’il fait apparaître. Une chair nourrie de son histoire, de son inconscient, comme de ses passions.

Des pensées non réfléchies

en précisant qu’il veut sculpter « des pensées non réfléchies » M.P.C.E.M. lève le voile sur la genèse d’une oeuvre d’art.
Quand commence une sculpture, et quand est-elle finie ? M.P.C.E.M. montre sur de petits carnets, les premiers dessins qui viennent à son esprit. Un trait, puis un second, une courbe,un volume qui s’esquisse et en appelle d’autres.
Viendra le temps où M.P.C.E.M. oubliera ces premières esquisses. Il retrouvera comme à son insu au contact du métal en éprouvant sa résistance sa souplesse. Des formes s’imposeront à lui. Seules la sensibilité et l’intelligence du sculpteur feront advenir l’oeuvre, comme une victoire sur le néant.
« Mon art est fait de suggestions, d’idées et de mystère », dit encore M.P.C.E.M. Des ingrédients qui font de chaque oeuvre, une fête.
Jean MARC