Le projet

louis calaferte

Moi, dont la nature est éloignée autant qu’il se peut de l’avarice, de la cupidité, de l’intéressement, de la possession enfin : je deviens avide lorsqu’il s’agit de livres. Je les accumule sur les rayons, je les case, je les entasse ; incapable que je suis de me débarrasser de l’un deux, fût-il de la dernière valeur.
Les reliures brillantes sous la lumière, la chaleur fauve des cuirs, cela m’a ravi. Plaisir intime que de tirer de sa niche un livre, de caresser sa reliure, de le feuilleter, de s’attarder, admiratif, à la finesse des gravures, de respirer l’odeur grise du papier ; entre le pouce et l’index d’en apprécier le grain, l’épaisseur, le velouté, la douceur lisse. Chaque fois une satisfaction de presque concupiscence.
Seul, la tête appuyée dans la souple mollesse du fauteuil, j’ai joui durant tout le crépuscule, de la clarté dorée, limpide, qui pénètrait par la fenêtre ouverte ; enrichissant la pièce de sa fluidité qui me rappelait celle de certaines toiles hollandaises.
Est-ce là le bonheur ? (c’est un élément d’un possible bonheur)

Infos

Categories :

Projets liés